Le projet "Sail in Solidarity"

L’objet

Organiser, avec des institutions déjà existantes entre autres, des navigations en voilier hauturier au profit de personnes, jeunes et moins jeunes en difficulté passagère, dans le but de raffermir leur confiance en eux.

Le programme des navigations va de la simple excursion récréative jusqu’à la navigation dynamique et participative de plusieurs jours.

L’encadrement est assuré par un skipper et un second expérimentés. Les invités sont encadrés par des personnes professionnelles habilitées

L’outil social

L’outil du programme SIS est le voilier Classic 39 sur plan de l’architecte naval aixois (en Provence) David Réard  - www.mediareard.com - . Il est à construire.

De 12 m de long il est taillé pour affronter les océans en toutes circonstances.

La construction est en cours. Le financement est acquis mais reste néanmoins ouvert aux volontaires (voir nous aider)

Le projet en deux phases

Construire pour reconstruire

  • Le chantier est installé chez PLAQUET à Péronnes
  • La construction se fera avec le concours d’écoles professionnelles, d’institutions de réinsertion ainsi que de volontaires motivés et de conseils de professionnels

Naviguer pour renforcer la confiance en soi

  • 40 à 60 jours de navigation par an
  • à prix  minime  (proche de la gratuité)
  • avec des skippers confirmés et motivés
  • dans des programmes adaptés aux invités
  • et aux conditions de mer

La justification du projet 

La construction d’un voilier sur lequel on va naviguer est déjà un point de départ fort. Et c’est déjà une aventure positive.

On ne va pas seulement construire un bateau pour construire un bateau mais pour ensuite vivre des aventures exceptionnelles en mer, lieu de liberté inégalable et d’évasion.

Pour démontrer la valeur du projet il est informatif de relever le nombre d’associations déjà actives dans ce type de programme. Liste non exhaustive.

Propos entendus à bord du Bel Espoir de l’association Les Amis du Jeudi et du Dimanche (AJD), et de l’Hermione.

  • « En mer on s’ouvre plus »
  • « On soulage plus son sac »
  • « On est trop bien »
  •  « On prend des résolutions »
  • « On est des matelots pour la vie »
  •  « Tenir la barre m’a encouragé à continuer de vivre »
  • « Prendre la mer pour garder l’envie d’être en vie »
  • « Les embruns c’est bon pour le moral »
  • « Faire sortir les gens de leur carapace »
  •  « Une sensation de liberté »
  • «  On oublie tout »
  • « Réapprendre les vraies valeurs »
  • « Le bateau c’est une prison ouverte sur le monde»
  • « Une aventure sur un bateau ça remplit d’énergie »
  • « Un bateau ne s’arrête jamais, il ne dort pas »
  • « Sur un bateau il n’y a pas d’échappatoire »
  • « Le retour à la réalité va être terrible »
  • « On vit des choses incroyables ici »
  • « Traverser l’Atlantique, je ne croyais pas que j’en étais capable »
  • « Ce bateau ça m’a sauvé la vie »
  • « Je vais continuer à vivre sur une autre mesure »

Les buts

  • retisser des liens sociaux à la faveur de navigations dynamiques en situation d’isolement
  • permettre l’épanouissement de personnes marquées par la vie
  • favoriser l’insertion sociale et la communication de jeunes malades ou défavorisés
  • tout programme à vocation sociale avérée

Le choix du voilier

  • Modèle :  CLASSIC 39
  • Plan :  David REARD - www.mediareard.com
  • Matériau :  contre-plaqué avec liaison en résine époxyde + renforts de verre
  • Longueur :  11,90 m
  • Largeur :   3,40 m
  • Type :  quillard
  • Poids lège :  3800 Kg    !
  • Poids en charge :  5300 Kg
  • Tirant d’eau :  2 m
  • Lest  :  1700 Kg
  • Hauteur sous barrot  :  1.90 m  (intérieur)
  • Moteur :  20 ch  diesel    -    réservoir 100 l
  • Mat  15,4 m    -  bôme 5,3 m  -  gd voile 44 m²  -  foc 33 m²  -  spi 100 m²
  • Cabines  :  deux doubles
  • Passagers :  10 en navigation de jour  -  6 en longue navigation
  • Catégorie de navigation :  A  (la plus performante)
  • Photos : D. Réard et Olivier Lebehot - construiresonvoilier.free.fr

Le bateau a été choisi pour ses qualités marines, c’est-à-dire sa capacité à évoluer rapidement et sûrement dans toutes les conditions de mer. Les manœuvres et réglages des voiles sont simples. Il est  – relativement  –  facile à construire par des personnes non professionnelles mais néanmoins organisées et soigneuses. Il ne faut pas d’outils spéciaux et onéreux. Les aménagements intérieurs sont volontairement simplifiés pour répondre aux  besoins spécifiques des programmes de navigation qui accueilleront un nombre importants de passagers. Robustesse et simplicité sont de rigueur. Cela amènera un gain de temps et une économie financière dans la construction et l’entretien. Le confort réside surtout dans l’ergonomie (circulation et qualité des couchages par ex.) et de l’équipement de base. Il n’est pas prévu d’aménagement de luxe. Seul sacrifice à la tendance actuelle dans la plaisance.

La sécurité vient naturellement en tête des exigences.

Grâce principalement à son poids et la qualité de ses lignes dessinées par l’architecte, le potentiel de vitesse est impressionnant. Les moyennes de plus de 10 nœuds sont fréquentes. Le site de l’architecte recèle divers témoignages de presse qui, en plus de ses dires, relatent les capacités du bateau. Dépasser les 20 nœuds est possible dès que les réglages sont optimums, sous spi.

Avantages de cette qualité :

  • d’abord, qui peut le plus peut le moins ; on peut ralentir au besoin
  • la vitesse d’un voilier est très relative et n’a rien à voir avec celle de bateaux à moteur
  • la sécurité est améliorée  car on peut rejoindre un port ou un abri plus rapidement
  • l’attractivité pour un plus grand nombre de navigants ; les ados plus particulièrement sont plus portés vers les sports de glisse, dont fait partie la voile rapide ; c’est aussi dans l’air du temps
  • la zone de navigation est plus étendue dans le même temps de navigation

 Principe de construction

Les plans sont livrés sous forme numérique. Il faut alors découper les panneaux à l’aide de machines à découpe numérique.

Le matériau de base est le panneau de contre-plaqué spécial pour la construction navale. Il faut alors assembler toutes ces pièces de puzzle.

Les liaisons se font par joints congés de résine époxy, renforcés de tissus de verre (kevlar ou carbone, selon le budget).

L’assemblage est une étape relativement rapide à côté des étapes d’imprégnation, ponçage et peinture.

Les ponçage et polissage divers sont les plus fastidieuses. Cette phase est la plus gourmande en main d’œuvre car beaucoup se fait à la main.

La coque se construit à l’envers. Quand elle est terminée on la retourne pour les aménagements intérieurs, le pontage et les dernières finitions. La quille de 1,7 tonne se fixe lors de la mise à l’eau.

L’architecte David Réard déjà rencontré à trois reprises, est disponible tout au long de la construction. Un fascicule de conseils est livré avec les plans. Il a aussi construit de nombreux bateaux de ses plans. Rassurant.

Son voilier, Classic 38 (photo ci-dessus, proche du 39), a été essayé récemment en compagnie de M. Pierre-Yves MARTENS, rédac-chef de la revue Yachting Sud. Essai concluant en ce qui concerne principalement la facilité de manœuvre et ses performances.

La construction est qualifiée d’amateur. Cela veut dire qu’elle s’adresse aussi aux non professionnels. Des liens vers les sites de constructions amateurs se trouvent sur le site de l’architecte.

Forme juridique de l’association

SIS sera une A.S.B.L. (loi 1901 en France) et sera propriétaire du voilier.

Les participations au programme.

Il y a divers accès à la participation au programme.

  1. en adhérant à l’ASBL pour en gérer le fonctionnement.
  2. en investissant dans la construction et aménagements du voilier dans le but d’en retirer des intérêts humains (et non financiers).
  3. en participant aux sorties en mer en tant que skipper, second, assistant.
  4. en organisant des navigations au profit d’institutions demandeuses.
  5. en navigant en tant que passager payant.
  6. en organisant des « incentives » payantes propres à valoriser le programme et à financer l’exploitation du voilier.